Bravo et merci aux organisateurs de la Colonie d’avoir pu réunir ces nombreux artistes et ces quelques critiques qui se sont positionnés pour les Gilets Jaunes et dans leur grand ensemble contre le fonctionnement des Institutions de l’art contemporain. Cela me fait chaud au cœur et démontre avec les générations plus jeunes que les utopies à condition d’être patient ont toujours une chance de se réaliser !

Je me sens moins seul ce jour après que l’on m’ait rapporté ce qui s’y est dit. Il y a vingt ans lors de mon retentissant procès contre le Centre Pompidou * peu des voix s’étaient levées pour me conforter dans le combat que je menais. Que je menais pour la transparence de l’argent public et contre la discrimination faite vis-à-vis des artistes qui n’appartenaient pas aux réseaux du système. Aujourd’hui la partie n’est pas encore gagnée sauf pour moi qui ai réussi à arracher ma rétrospective sans être récupéré mais au prix que l’on sait.

L’intelligence des stratégies et l’énergie déployée ont payé contre les fonctionnaires oligarques en place. Ce n’était là qu’une péripétie dans une aventure personnelle qui devrait trouver aujourd’hui tout son sens d’une façon citoyenne. Je fonde l’espoir qu’avec le « Mouvement de l’Ethique dans l’art » cet élan se confirmera.

C’est pourquoi je demande à Kader Attia de mettre à notre disposition son lieu pour une nouvelle rencontre dans les mêmes conditions où l’accent sera mis cette fois-ci, Gilets Jaunes ou pas, sur les fonctionnements des institutions de l’art contemporain et du marché.

Notre invitation de participation sera renouvelée auprès de leurs responsables les plus éminents qui ont été défaillants lors du débat que nous avions organisé à New York en juin dernier sur ce thème. Les artistes doivent revendiquer d’une façon légitime une place dans la vie de la cité au même titre que celle du politique.

C’est seulement quand la pleine conscience de cette responsabilité symbolique sera reconnue par eux-mêmes qu’ils pourront revendiquer alors le fait d’être des artistes…et d’avoir atteint les horizons de l’Esthétique des Gilets Jaunes

*(Fonctionnement et dysfonctionnements de l’art contemporain, Fred Forest, L’Harmattan  2000)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.